Et toi, tu lis la liste INCI de tes produits de beauté ? VIDEO !



Les marques cosmétiques nous font gober n’importe quoi !

On n’est pas des pigeons !
Dans mes interventions sur la slow cosmétique, je vous ai déjà parlé de l’importance des listes d’ingrédients imprimées sur les emballages des cosmétiques. La preuve vous est donnée en vidéo en bas de l’article.

Déchiffrer les fameuses listes “INCI” est en effet le seul moyen qui nous est donné pour savoir si oui ou non le produit convoité est naturel, et s’il contient suffisamment d’actifs (naturels ou pas) pour tenir les promesses qu’il nous a faites en publicité.

Pas envie d’être le dindon de la farce marketing ? Alors, il vous faudra vous armer d’un loupe et d’un dictionnaire de latin pour comprendre ce que votre produit de beauté chouchou contient vraiment. Rassurez-vous, le jeu en vaut la chandelle !

Pour continuer à se faire belle sans abîmer la face de notre planète bleue, je vous propose une petite leçon en images pour comprendre comment lire une formule d’ingrédients cosmétiques.


La liste INC- quoi ?

liste inci guimauve
La liste INCI, des petits caractères

La liste INCI désigne la liste de tous les ingrédients contenus dans une formule cosmétique. Cette liste nomme les ingrédients selon la “International Nomenclature for Cosmetic Ingredients”, d’où sont nom abrégé INCI.
Cette liste doit obligatoirement apparaître sur les emballages de nos produits de beauté. C’est une obligation légale selon la Directive européenne cosmétique.

Vous ne la trouvez pas sur votre pot de crème anti-âge ? Elle est forcément toujours imprimée sur l’emballage externe du produit, directement visible par le consommateur. Le problème, c’est que les fabricants n’aiment pas trop dévoiler leurs secrets et que ces listes un peu barbares sont en fait le plus souvent imprimées en tout petits caractères très difficile à repérer sur les boîtes !

Du latin et un peu d’anglais

Les ingrédients de la liste INCI doivent légalement être listés en latin ou en anglais. De cette façon, cette liste est la même que l’on soit à Madrid ou à Helsinki. Evidemment, cela facilite uniquement la lecture si vous êtes un peu calé en latin et si vous avez des notions de cosmétologie. Ainsi par exemple, “simmondsia chinensis oil” désigne l’huile de jojoba pure. Les ingrédients chimiques sont eux nommés tels quels : “dimethicone” est un type de silicone, “sodium laureth sulfate” ou SLS désigne … le sodium laureth sulfate ! C’est en fait émulsifiant chimique très controversé mais ce serait trop long à écrire sur la boîte 😉

Par ordre décroissant

Les ingrédients de la formule cosmétique doivent apparaître dans la liste INCI par ordre décroissant. C’est pour cela que bien souvent la liste INCI de votre produit cosmétique commence par “Aqua”, de l’eau. L’eau est alors l’ingrédient le plus présent dans la formule. Plus vous avancez dans la liste, moins l’ingrédient est dosé. 
Ainsi, la liste INCI : “Aqua, glycerin, ficus carica syrup, simmondsia chinensis” contient plus d’eau et de glycérine que d’extraits de plantes.  Vous me suivez ?

Kenzoki propose ici une liste à base de beurre de karité, et de silicones !

Là où cela se complique, c’est que dès qu’un ingrédient est dosé à moins de 1% dans la formule totale, le fabricant peut le placer dans la liste sans respecter l’ordre décroissant !
Ceci veut dire qu’en fin de liste INCI on retrouve toujours dans le désordre tous les ingrédients dosés à moins de 1%. Et il y en a beaucoup ! Ainsi, le fabricant qui a mis 0.002 % d’huile essentielle de rose de damas précieuse dans son produit peut tout à fait faire apparaître le nom “Rosa Damascena oil” avant un conservateur “buthylparaben” dosé à 0.8 % par exemple. C’est moche mais c’est comme cela. On est donc jamais certains de la formule précise du cosmétique et dans un sens c’est normal car il faut protéger la propriété intellectuelle de la formule.

Des moyens mémotechniques pour s’exercer :

Entraînez-vous à lire les étiquettes de vos cosmétiques actuels. Retenez ces quelques principes pour comprendre :

Aqua = eau
– Un nom latin désigne presque toujours un extrait naturel de plantes
– Les noms en -one désignent les silicones qui mettent une éternité à se désintégrer dans l’environnement.
Petrolatum et Paraffinum liquidum sont des mots latins mais désignent des dérivés de pétrochimie très beurk.
– La plupart des ingrédients écrits en grosses lettres sont vraiment pas très écologiques : PEG, PPG, BHT, SLS, ...
CI suivi d’un chiffre est un colorant, naturel ou pas
– “parfum” ou “fragrance” désigne un parfum synthétique ! Les parfums naturels à base d’huiles essentielles sont énumérés plantes par plantes en latin.
– les allergènes repris dans la liste officielle des allergènes sont toujours listés à la fin mais ce ne sont pas des ingrédients, plutôt des composés naturels d’autres ingrédients. Ils nous renseignent cependant sur le potentiel allergisant du produit : linalol, geraniol, limonène…

Voici la liste INCI de la crème  à raser de NIVEA pour vous entraîner. NIVEA n’est pas le champion du naturel, loin de là, mais ici il y a de l’huile d’olive dedans, vous la voyez ?  :

photo glânée sur le forum coupe-chou

Un exemple en images

Tout récemment, Teddy du blog très pointu et très tendance Planète Beauté m’a demandé de faire un exercice assez sympatique. Il s’agissait de comparer deux produits qui semblent être des jumeaux en se basant sur leur formule. Dans la vidéo que j’ai réalisée à cette occasion, on découvre que deux produits qui ont les mêmes vertus et presque le même nom n’ont pas du tout la même formule … ni le même prix !

Voyez la vidéo :

 

Conclusions

Les cosmétiques nous font rêver et c’est très bien comme cela. En période de crise, on n’a qu’une envie : celle de se chouchouter en douce dans la salle de bain pour oublier le quotidien trop dur.
Mais sait-on toujours ce que nos produits favoris contiennent ? Et comment être sûrs que le produit qui nous a promis monts et merveille est bel et bien en mesure de la faire grâce à sa formule ?
Si cela a de l’importance pour vous et surtout si vous êtes sensibles à l’environnement, à l’écologie et à l’honnêteté du marketing, alors rejoignez le mouvement de la slow cosmétique et consommez les produits de beauté autrement !

<<<< Trouvez des cosmétiques responsables et naturels ici >>>>
Lisiez-vous la liste INCI avant cet article ?

CES ARTICLES DEVRAIENT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Cancer : le scandale des perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques Lire les étiquettes des cosmétiques, la seule solution pour faire changer l'industrie C'est bientôt la journée mondiale du cancer (le 4 février d'...
Evitez les mauvais ingrédients cosmétiques Voilà des années qu'avec le mouvement Slow Cosmétique je vous dis que vos cosmétiques vous trompent ! Certains font du greenwashing : ils se présenten...
La Vérité sur les Cosmétiques en Pharmacies Les études récentes nous disent "Attention, il y a 184 produits cosmétiques à éviter car ils contiennent des ingrédients peu recommandables"... Tu par...
Étiquettes: , ,
 

15 Commentaires

  1. Moi, toujours, c’est pour ça que j’ai commencé à faire mes propres cosmétiques maison. Maintenant je sais exactement ce qu’il y en a dedans, et c’est plus facile qu’il ne le semble 😉

  2. Attention, tous les noms en -one ne sont pas des silicones (ex : benzonphenone = filtre UV) 🙂 Les silicones, c’est + précisément les noms en -thicone, mais pas que, en -siloxane aussi (ex: cyclopentasiloxane). Et j’en oublie peut-être…

    Les noms latin sont toujours des noms de plantes(… enfin je n’ai jamais vu qui n’en soit pas.. tu aurais un exemple, toi ?)

    Et “parfum” / ‘fragrance” est aussi utilisé pour les parfums 100% naturels !!!

    Voilà pour ma petite contribution de chipoteuse 😉

    PS : merde pour demain soir…

    • Merci So ! Tu as tout à fait raison pour les silicones et pour le parfum… Cet article est une simple introduction très simplifiée pour les novices… Par contre, pour le latin : “cera microcristallina, petrolatum, paraffinum liquidum”, c’est du latin aussi mais cela ne sent pas la rose 😉
      Pour mercredi soir à la cérémonie des Golden Blogs Awards, seras-tu là toi aussi ?

      • Ah ah !!! petrolanum etc, bien sûr !! 🙂
        Non je n’y serai pas, cette année, aux Golden Blog Awards…

  3. bonjour Julien,

    je viens de découvrir un shampoing chez schwarzkopft gammme essensity c’est une amme qui garantie ne pas utiliser de paraben, de paraffine…

  4. Sur mon blog, j’analyse tout les produits cosmétiques que je teste et je note leur INCI en précisant à quoi ils servent dans le produit. je pense que cela est important d’informer les gens sur l’importance des ingrédients dans un produit.

  5. Bonjour Julien
    deux petites questions à propos des silicones
    – ils sont mauvais pour l’environnement mais sont ils inoffencifs pour le corps et la santé ? (sujet un peu polémique mais j’aimerais avoir votre avis)
    -ces silicones permettent d’empêcher l’eau de s’évaporer des tissus mais, si je suis vos conseils (ce que je fais) une huile végétale aura le même effet, non?
    Voilà environ trois mois que j’ai découvert votre blog et j’ai directement abandonné mes crèmes (de type parfumerie, donc très chères) pour les huiles végétales. J’avoue que ma peau a changé de texture et est plus lumineuse. Cela dit, elle paraît moins lisse (et j’imagine que c’est parce qu’il n’y a plus de silicones)
    Merci en tout cas pour ces bons conseils, votre blog est vraiment super et je ne pourrais plus m’en passer!

    • Hélène, merci pour ces questions très précises sur les silicones qui vont me permettre de rappeler les points importants à retenir :

      – les silicones ne sont pas mauvais pour la peau (ou pour la santé). En effet, il s’agit de matières synthétiques qui ne pénètrent pas le corps. Par contre, leur impact sur l’environnement est lourd.
      – les silicones déposent un film sur la peau, et ainsi “hydratent” un peu en empêchant l’eau de s’évaporer. Les huiles végétales ne font pas cela. Elles se faufilent dans le ciment intercellulaire et y apportent des acides gras complexes pour nourrir la peau, et donc également l’hydrater car , si le ciment intercellulaire est meilleur, l’eau s’évapore moins. Voyez ma vidéo sur l’hydratation de la peau avec les huiles.
      Si votre peau est plus radieuse mais moins “lisse” avec les huiles végétales, c’est justement pour cela. Les crèmes siliconées (ou autres crèmes classiques) ont un effet repulpant optique que n’ont pas les huiles.

  6. Maria vous dite sque vous faites vos cosmétiques vous même.
    qu’utilisez-vous, où allez-vous acheter vos produits de base? pouvez-vous si Julien le permet nous donner l’une ou l’autre recettes? avec les quantité d eproduits à utiliser?

    merci
    stephanie

  7. Pingback: Greenwashing : bien lire les étiquettes cosmétiques

  8. Bonjour Julien,

    J’ai posté un commentaire hier soir, mais il semble qu’il ne soit pas passé. J’essaye à nouveau. Après avoir lu ton article, je vais regarder la fameuse INCI d’un autre oeil. Jusqu’à présent, comme j’achète mes cosmétiques en pharmacie, je n’y ai pas porté une attention particulière. En surfant sur le net, j’ai trouvé le site leflacon.fr suivant sur lequel on trouve la composition de pas mal de produits cosmétiques

    J’ai quelques questions à te poser concernant l’utilisation des HE en cas de cancer hormonaux-dépendants, mais je ne sais pas où poster. As-tu déjà abordé ce thème car je n’ai rien trouvé s’y rapportant? Après avoir subi de lourds traitements, beaucoup souffrent de “dommages collatéraux” et ceux et celles qui cherchent des solutions de bien-être plus naturelles sont de plus en plus nombreux.

    Nouvelle venue à l’aromathérapie, j’ai découvert que certaines huiles sont fortement déconseillées et très franchement, je suis un peu perdue. On retrouve certaines de ces huiles (sauge sclarée, tous les pins? essences à sesquiterpènes???) dans de nombreuses compositions, et je me demande ce qu’il faut faire. Merci pour tes conseils et encore bravo pour ton site.

    • Oui Martine, ton commentaire est bien passé mais était bloqué car tu y avais mis un lien externe… Bref, je connais bien et je recommande aussi le site leflacon qui est super complet. J’en parle d’ailleurs à la fin de ma vidéo sur les ingrédients cosmétiques .
      Pour les huiles essentielles à éviter en cas de cancer hormono-dépendant ou en cas d’antériorités similaires, il me faudrait trop de place pour te répondre ici. On retient simplement qu’il faut éviter les huiles essentielles qui contiennent des molécules dont l’action est “hormon-like” (sauge sclarée, palmarosa, épinette noire, pin sylvestre, …)
      Seulement voilà, il n’y a aucune étude sur l’impact réel de ces huiles (positif ou négatif) sur le développement des cancers… On en peut donc pas vraiment faire une liste exhaustive.

  9. Pingback: Slow Cosmétique : recettes pour changer la beauté