Huiles Essentielles d’Agrumes : tout savoir

Les huiles essentielles d’agrumes, ce sont les essences d’orange, de citron, de bergamote… Bref, souvent du Zeste à l’état liquide. Elles sentent très bon mais sont photosensibilisantes parfois… Je vous dis tout en vidéo et par écrit.

Que sont les huiles essentielles d’agrumes ?

Du zeste ! Quand on parle d’elles, on dit « huiles essentielles » mais en réalité on devrait dire « essences d’agrumes » car elles sont le plus souvent issues du zeste du fruit, expressé. Bref, l’huile essentielle de citron bio, c’est du zeste de citron bio à l’état liquide. C’est donc un procédé de fabrication différent que celui des huiles essentielles (qu’on distille à la vapeur d’eau).

Cependant, certaines distilleries distillent aussi des agrumes à la vapeur, et obtiennent alors une « huile essentielle » de citron ou de bergamote, mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus courant. C’est par contre intéressant pour obtenir une huile essentielle moins photosensibilisante, car en distillant le fruit au lieu de presser son zeste, on obtient un produit sans furocoumarine parfois (pour le pamplemousse par exemple).

Dernier point : quand vous lisez « petitgrain mandarine » ou « petitgrain bigarade », il s’agit d’une huile essentielle obtenue par distillation des feuilles de l’arbre fruitier à la vapeur.

essence d'orange
Les zestes d’agrumes sentent vraiment bon et sont pleins de propriétés en aromathérapie.

Quelles propriétés pour les HE d’agrumes ?

Chaque huile essentielle d’agrume est différente, bien qu’elles soient toutes plus ou moins assainissantes et purifiantes. Voici les principaux repères des propriétés attribuées aux HE d’agrumes dans la littérature (plus d’infos exemple si vous cliquez sur chaque essence) :

huile essentielle photosensibilisante
Attention quand même avec les essences d’argumes 😉

Quelles contre-indications pour les HE d’agrumes ?

Photosensibilisantes ? Taches ?

Les essences d’argumes contiennent toutes des « coumarines ». C’est une famille de molécules aromatiques particulières, qui sont « négativantes » donc antistress et relaxantes, mais hélas photosensibilisantes.
Cela veut dire que le produit peut rendre votre peau plus sensible à la brûlure du soleil. Ainsi, si votre peau brûle normalement en 1 h sans protection, eh bien ce sera beaucoup plus vite le cas, ce qui est gênant car le coup de soleil est parfois soudain et inévitable, et en plus il peut causer ensuite des taches (les taches, c’est surtout le fait des « furocoumarines » présentes notamment dans l’huile essentielle de Bergamote (qui contient du bergaptène).
Il faut donc éviter d’utiliser ces huiles essentielles dans des produits à masser sur la peau ou par voie orale si vous comptez vous exposer aux UV dans les 12 h qui suivent.

Toxiques ?

Pour le reste, il y a d’autres contre-indications mais à vrai dire bien moins que pour la plupart des huiles essentielles.
Seule l’allergie doit être soulignée. Si vous êtes allergique au limonène (un allergène récurrent), il faudra évidemment éviter !
Ces huiles essentielles (surtout le citron) peuvent être irritantes au long terme, donc moins idéales que le ciste, la lavande vraie ou l’immortelle pour une peau réactive par exemple.
Voilà pourquoi je vous conseille de ne jamais doser à plus de 1 % vos préparations cosmétiques avec des HE d’agrumes , sauf si vous utilisez de l’huile essentielle de pamplemousse sans furocoumarine (cliquez pour voir celle de de Saint Hilaire que j’adore). On l’obtient en distillant le fruit plutôt qu’en le pressant. Cela se pratique aussi avec l’orange ou la mandarine, en Corse notamment (la marque Réalia en utilise pour aromatiser ses produits).

Comment utiliser vraiment les essences d’agrumes ?

huile essentielle de citron
Il ne faut pas bouder les huiles essentielles de citron, de bergamote ou d’orange en diffusion notamment.

 

On peut utiliser les huiles essentielles d’argumes (essences) par voie orale ou par voie cutanée (mais alors prudence), et en diffusion/inhalation.
Je vous conseille d’abord de les utiliser dans un diffuseur, pour aromatiser l’air. La bergamote à diffuser dans une pièce de travail peut vraiment réduire le stress. Le citron à diffuser dans un pièce de malade peut vraiment assainir l’air. L’orange à diffuser dans un institut de beauté zen peut vraiment faire plaisir et relaxer.
En cosmétique, je vous conseille 0.5% maximum dans les produits à masser sur le visage, et 1% maximum dans les produits à masser sur le corps (sauf pour un soin minceur avec 2 % d’huile essentielle de pamplemousse sans furocoumarine, et 2 % d’immortelle en sus, très dosé donc et très ciblé « au niveau local »).
En cuisine, c’est 1 goutte par portion pour aromatiser un cake (type quatre quart) ou un yaourt, ou une crème dessert.
En inhalation, vous pouvez respirer 3 fois profondément de l’HE de pamplemousse comme coupe faim.

Et vous, quelles sont vos utilisations de l’huile essentielle de citron, d’orange, de mandarine ou de pamplemousse ?

Dites moi tout ! Mais surtout pensez à bien acheter vos HE d’agrumes, car pour le coup là il ne faut vraiment pas hésiter à les acheter en qualité bio, c’est important pour la quantité de résidus (traces) de pesticides dans le produit final. 

Vous trouverez des essences d’argumes bio ici (clic). Et puis, découvrez aussi ce très chouette coffret d’huiles essentielles d’agrumes proposé par Bioflore sur sa boutique slow et qui vous permet de les acquérir toutes d’un seul coup et de profiter de leurs bienfaits.

coffret huiles essentielles
6 essences d’agrumes dans 1 coffret !
Étiquettes: , ,
 

7 Commentaires

  1. Sissi

    Merci Julien pour toutes ces précisions, peut-on utiliser l’HE de Petitgrain bigarade en inhalation sèche comme l’HE de lavande vraie en cas d’angoisses sachant que l’on ne peut pas disposer d’un diffuseur d’HE en tous lieux ?

  2. Michèle

    Merci Julien pour vos bons conseils. J’utilise l’orange douce et mandarine en fabriquant ma brume d’oreiller, mon déo solide maison ou liquide et mon baume relaxant: j’adore.

  3. Depuis plusieurs années j’utilise régulièrement des H.E. surtout en massages,arthrose, varices, oedèmes, etc.
    Je viens d’essayer de soigner des verrues sur le visage – et ce n’est pas la 1ère fois – mais cette fois, j’ai déclenché des brûlures et de l’infection avec de vilaines plaies sur le visage et de l’urticaire sur les bras, à soigner impérativement avec des antibiotiques ! Ne pensez-vous pas que l’on peut devenir intolérant à force de trop en utiliser? la recommandation médicale est bien sûr de tout arrêter, juste un savon surgras. Je vous suis régulièrement sur slow cosmétique où j’achète mes produits.

    • Oh là là Iane, ce qui vous arrive est dû au fait que pour une verrue sur le visage vous avez sûrement du utiliser une huile essentielle dermocaustique pure, et cela, même localement, cela provoque évidemment une grave irritation. Vous n’auriez pas du, je n’ai personnellement jamais donné ce conseil. En effet en attendant il faut ne rien faire et patienter, protéger éventuellement à l’huile de calendula pour paiaser et favoriser la cicatrisation. Désolé.

  4. Merci Julien ! J’ai eu utilisé de l’H.E. de cannelle feuilles avec de l’huile de d’olive comme protection et j’en suis venue à bout sans dommage. Mais cette fois je pense que la barrière d’huile n’était pas assez conséquente et la cannelle à coulée… Je viens de fabriquer votre baume karité + calendula et HE de ciste qui est entrain de solidifier au frigo. En attendant j’applique le mélange aloe vera-urée et bourrache (préparé initialement pour mon mari ) qui outre la sensation de frais, semble atténuer les rougeurs. Et j’ajoute pour toutes celles qui auraient envie de grattouiller leurs verrues avec leurs doigts – sur le visage – de renoncer car il semble que les miennes se soient multipliées sous forme de gros boutons ! Heureusement je peux dissimuler avec une frange !!

Répondre à iane Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *