La cosméto BEURK : les huiles minérales



 

Les cosmétiques conventionnels contiennent des dérivés de pétrochimie… “Dallaaas, ton univers impitoyaaableu…”

Saviez-vous que nos chères crèmes de soin contiennent des dérivés de pétrole ? Même si elles ne constituent pas un danger réel pour la peau, les crèmes qui en contiennent doivent être consommées pour ce qu’elles sont : des films chimiques à appliquer sur la peau…

Huiles minérales ? Késako ?

Les huiles minérales sont des corps gras inertes issus de minéraux. Ces huiles sont initialement obtenues par distillation de la houille, du pétrole ou de certains schistes. Elles servent énormément dans l’industrie comme lubrifiants mécaniques ou huiles de moteurs. Elles peuvent être aussi isolées à partir des déchets du processus de raffinage dans l’industrie pétrochimique. Oui, vous lisez bien, ce sont ces mêmes corps gras que vous retrouvez dans les cosmétiques conventionnels !

crème nivea
NIVEA : une bonne vieille crème, mais c’est full petrolatum 🙁

Pour la formulation cosmétique, on traite bien entendu ces corps gras afin de les rendre stables, incolores, inodores et « propres » à la consommation. Les ingrédients ainsi obtenus sont bien connus des cosmétologues. Pensons à la fameuse paraffine (« paraffinum liquidum » ou « petrolatum ») qu’on retrouve dans les crèmes les plus vendues sur le marché (NIVEA, L’Oréal et consorts…)

Bien ou pas bien ?

Les avantages de tels ingrédients pour le fabricant sont nombreux : prix très bas, stabilité dans les formules, innocuité pour la peau… Ils ont en outre un pouvoir « occlusif », ce qui leur permet de former un léger film sur la peau et de limiter la perte naturelle en eau. Ils sont donc de bons hydratants par voie indirecte.

Hélas, ces ingrédients comptent aussi beaucoup de désavantages…  Ils sont issus de la pétrochimie et leur bilan écologique  est désastreux.  Se retrouvant dans l’environnement une fois rincés (on les trouve dans les gels douches !), ils sont polluants. Enfin, ils n’apportent aucun élément nutritif à la peau et se contentent de s’y déposer sans interagir avec elle.

Comment les reconnaître dans mes produits ?

Il faut lire la liste des ingrédients (liste INCI) sur les emballages. Vous ne savez-pas ? Voyez ma vidéo sur les ingrédients cosmétiques.

<<<< Vous souhaitez éviter ce genre de produits? Dans le doute, achetez sur https://www.slow-cosmetique.com/ >>>>

Les noms les plus courants des huiles minérales sont : paraffinum liquidum, petrolatum,  cera microscristallina, mineral oil…
Amusez-vous à vous faire peur en les retrouvant dans la liste INCI de vos produits à la maison !

CES ARTICLES DEVRAIENT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Beauté : Les STARS nous font rêver… OU PAS !? Vanessa Paradis pour la campagne COCO Chanel par Jean-Paul Goude   Qui n’a pas été ému lorsqu’on a vu pour la première fois Vanessa Paradi...
La SLOW cosmétique : revenir à l’essentiel La route est longue vers la slow cosmetique mais j'y crois ! Mes nombreuses interventions sur le web ou dans la presse n'ont qu'un seul but : part...
La Vérité sur les Cosmétiques en Pharmacies Les études récentes nous disent "Attention, il y a 184 produits cosmétiques à éviter car ils contiennent des ingrédients peu recommandables"... Tu par...

9 Commentaires

  1. Bravo et merci pour toutes vos infos précieuses, pratiques et très interessantes ! Je me suis prise de passion pour l’aromathérapie etc. et j’ai découvert votre site il y a quelques temps…j’adore !!

  2. D’un autre côté les produits chimiques rejetés dans les canalisations passent par des stations d’épuration, donc ça va pas dans la nature, si? (J’y connais rien au cycle de l’eau)

    • Mais si Constance, on retrouve plein de résidus chimiques dans la nature… Et ici on ne parlait pas de la pollution de l’eau uniquement… Pensons aussi à la lourdeur des procédés chimiques utilisés pour produire ces huiles minérales à l’échelle industrielle !!

      • Ok ok, j’ignorais tout ça, mais en tout cas, ça me conforte dans ma fidélité au bio!
        Merci, et continuez le bon boulot

  3. Bonjour Julien,

    Avant tout je tiens à signaler que je découvre juste votre site mais quelque chose me dit qu’il ne tardera pas à rejoindre ma barre de sites favoris 🙂 J’aurais une question qui n’a pas vraiment de rapport avec l’article ci-dessus en dehors du fait qu’il s’agit de ma crème pour le visage personnelle. Je m’explique : j’ai une peau (très) grasse et acnéique et ayant entendu parler des bienfaits de l’aloé vera (le gel concentré pour le visage)(et aussi car j’en ai ras le bol des crèmes de laboratoires aussi inefficaces qu’elles sont chères), j’ai décidé de tester ce soin naturel. Ainsi, a raison d’une application le matin sur visage propre, le tout depuis près d’un mois, j’ai constaté une poussée de boutons fulgurantes et ce à des endroits peu habituels chez moi…

    Ma question est donc, pensez vous que je devrais continuer à l’utiliser (qu’il ne s’agit que d’un effet dépuratif et que l’amélioration suivra) ou me conseillez vous de stopper l’application ?

    Merci pour votre réponse et bonne continuation pour votre blog.

    • Maxime, si vous utilisez vraiment ce gel depuis un mois et que les boutons sont toujours là, voire pire qu’ils sont plus nombreux, alors il se peut très bien que ce produit ne vous convienne pas. L’effet “dépuratif” de certains produit s’exprime en effet sur les peaux acnéiques avant un “mieux” mais ne dure jamais aussi longtemps. Je pense que vous pourriez lire mon article sur l’acné et les peaux grasses pour trouver des conseils. Je poste aussi sur youtube des vidéos acné.

  4. Pingback: Liste INCI : conseils pour déchiffrer les cosmétiques

  5. moi je gel d’aloé vera m’a asseché la peau donc je ne l’utilise plus, mais je songe a tester l’huile !

  6. Pingback: Greenwashing : bien lire les étiquettes cosmétiques