Cosmétiques Vegan : Quoi, Comment et Pourquoi ?



Dans cet article, je vous donne une analyse simple de ce que sont les cosmétiques Vegan, et pourquoi beaucoup les adoptent. Je vous parle du cadre légal qui est complexe en ce qui concerne les tests sur les animaux, et je vous donne les clés pour identifier et trouver les cosmétiques vegan que vous voulez.

Les Cosmétiques “Vegan” : c’est quoi ?

Un cosmétique dit « vegan » est un cosmétique dont la formule est dépourvue de toute matière animale ou produite par l’animal (lait, miel y-compris) ET qui n’a pas été testé sur les animaux en aucune façon.

Il existe des cosmétiques vegan “certifiés” qu’on reconnaît grâce à un logo, mais beaucoup de cosmétiques sont aussi “vegan” par nature, car leur composition est simple et 100% végétale par exemple.

Quelques exemples :

  • les produits des marques Lamazuna, Pachamamai et Les Happycuriennes sont Vegan et portent le logo officiel Cruelty free and vegan (voir plus bas) ainsi que la Mention Slow Cosmétique (qui n’accepte pas les tests sur les animaux)
  • les produits de la marque Realia sont vegan par nature (ils sont végétaux) mais la marque ne porte pas de logo vegan, seulement la Mention Slow Cosmétique.
mention slow cosmetique
La Mention Slow Cosmétique félicite les marques aux formules saines et au marketing raisonnable

Pas d’ingrédient cosmétique « animal » ?

En effet, les cosmétiques vegan ont choisi, dans une optique de bien-être animal, de se passer de toute production animale. On comprend donc ici qu’aucune matière grasse animale n’est possible dans la formule (exit le suif de bovins dans les savons, exit l’huile de vison, le carmin dans les rouges à lèvres etc..), mais il faut aussi savoir que la cire d’abeille, le lait, le lait d’ânesse, le miel, et la soie, sont interdits.

Pourquoi ni miel ni lait ?

 

Les personnes vegan ne souhaitent pas exploiter l’animal, et encore moins causer sa mort ou sa maltraitance. Parmi eux, certains considèrent que même le fait de prélever une partie de la production naturelle d’un animal, donc son lait ou le miel, ce n’est pas forcément sain ou respectueux pour l’animal.
En outre, le lait, le miel, les cires animales et les huiles animales sont tous facilement remplaçables dans les formules cosmétiques. On trouve toujours une alternative avec des huiles végétales, des beurres végétaux, des dérivés de betterave, de coco ou même d’amande ou d’olive.

Comment reconnaître un cosmétique VEGAN ?

Il faut d’abord examiner la formule INCI sur l’emballage, pour s’assurer de l’absence de produit animal dedans. Si le produit n’en contient pas, il faut alors se demander si il teste sur les animaux. Si la réponse est non, alors le cosmétique est “vegan” par nature.

Mais certains ingrédients dérivés de l’animal sont hélas peu reconnaissables, alors des logos existent, et peuvent se combiner :
Logo Vegan : ce logo en forme de tournesol assure que le produit est Vegan dans tous les sens du terme. Il est remis par l’ONG Vegan Society qui défend le végétalisme surtout.

logo vegan
Logo Cruelty free et Vegan : ce logo du lapin aux oreilles roses émane de l’association PETA, qui le décline en cruelty free (sans tests) et cruelty free et vegan (sans tests et sans matière animale)

logo vegan cruelty free
Logo leaping Bunny : ce logo plus émanant du CCIC (une association d’associations anglo-saxonnes) est un peu plus répandu et concerne uniquement les tests sur les animaux.

leaping bunny
Logo Mention Slow Cosmétique : ce logo émane de l’Association Slow Cosmétique qui interdit les tests sur les animaux en amont et en aval, mais il ne désigne pas systématiquement un cosmétique vegan.

mention slow cosmetique
Les produits qui portent la Mention Slow Cosmétique sont soigneusement étudiés

La vérité sur les tests sur les animaux ?

Officiellement, il y a une interdiction totale des tests sur les animaux en cosmétique depuis 2013 en UE. Ceci concerne tant le produit fini que sa composition en amont, ses ingrédients.
Cependant, une brèche réglementaire existe…
Si un ingrédient utilisé en cosmétique est aussi utilisé dans l’industrie, et ce en grandes quantités, alors cet ingrédient tombe sous deux réglementations : la réglementation cosmétique ET la réglementation REACH.

Cette dernière permet des tests sur les animaux pour prouver l’innocuité d’un produit. Il n’y a pas tant de produits concernés que cela, mais il y en a.
Face à cette incohérence juridique, la Commission Européenne donne la responsabilité d’une veille de marché aux états membres. Chaque pays membre est responsable d’interdire tel test sur les animaux ou pas. C’est un peu bof, mais c’est comme ça.

Voici un résumé du cadre réglementaire en matière de tests animaux en UE :

Mon conseil : préférez les produits portant la Mention Slow Cosmétique

 

CES ARTICLES DEVRAIENT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Du myrte et du millepertuis pour la beauté ! Je suis allé en Corse pour interviewer Muriel Crestey de la marque REALIA, lauréate de la Mention Slow Cosmétique. Elle m'a livré quelques secrets de ...
A la découverte de la Slow Cosmétique en Corse ! Avec l’Association Slow Cosmétique, je suis allé à la rencontre des petits producteurs qui portent la Mention Slow Cosmétique en Corse. Vous découvrir...
Livre : “Le Bien-Etre au Naturel de Julien Kaibeck” est paru ! J'ai le plaisir de vous présenter mon cinquième livre ! C'est une belle naissance puisque ce livre est hautement coloré mais surtout le plus riche que...

10 Commentaires

  1. Bonjour Julien,
    Article très intéressant comme toujours. Il est vrai qu’on a pas toujours conscience de l’impact que nous avons sur la nature…
    Ca va beaucoup m’aider dans un défi que nous nous sommes lancées avec ma sœur : ne plus utiliser de produit industriel, tout en respectant la nature, expérience que nous partageons sur notre blog.
    J’ai déjà énormément appris grâce à votre site, et il se trouve que je me dirige vers une cosmétique vegan.
    Si par hasard vos avez des conseils à nous donner pour réussir notre défi de passer complètement au naturel nous sommes preneuse ☺️.
    Merci pour tous ces renseignements, je suis déjà fan de slow cosmétique !
    Julia

  2. Bonjour Julien,
    Je m’interroge depuis longtemps sur l’utilisation du miel qui revient en quelque sorte à venir piller mon frigo quand je viens de faire mes courses. Donc j’évite mais par quoi le remplacer (en usage cosmétique comme alimentaire) ?
    Et je suis très choquée aussi par l’utilisation de la bave d’escargot lorsque l’on voit comment elle est récoltée. J’en ai parlé sur un blog (en tant que lectrice) avec un lien vers une vidéo d'”Allo docteur” (émission produite par France 5) et la personne m’a dit que non, la bave d’escargot n’était pas récoltée de cette façon, que les escargots vivaient en liberté sous serre bien traités et bien nourris ! Jusqu’à ce qu’on les entasse dans un panier pourtant comme le montrait le reportage. Beaucoup de personnes ne veulent ni voir ni savoir.

  3. Je viens de commander votre livre, mais déjà je me suis mise à slowcosmétique, j’ai préparé comme vous le conseillez un sérum anti âge et aussi pour les cernes.
    Merci pour vos bons conseils. Bien amicalement.
    Monique

  4. Je suis bio-esthéticienne et j’aimerai proposer une alternative végan pour mes soins du visage. Par quoi puis je remplacer le miel et le yaourt dans mes préparations (masques, gommages) ? Merci

    • Bonjour Julien, bonjour à tous,

      Julien, preuve de ton succès grandissant, je n’ai pas eu besoin de commander ton nouveau livre 🙂 celui-ci était disponible de suite. De plus, c’est un des coups de coeur de ma petite librairie de quartier !

      Pour en revenir au sujet, j’ai tenté des masques avec du yaourt et du miel. J’ai également testé le shampoing aux oeufs mais globalement je ne suis pas fan et pourtant je ne suis pas végétalienne. Je me dis simplement que le végétal apporte déjà beaucoup.
      Il faudrait que je me penche sur les compositions des rares produits que j’achète mais en principe c’est que du végétal et grâce toi, je sais aujourd’hui vers quelles marques me diriger si je souhaite tester un produit contenant du lait d’ânesse par exemple.

      Pour répondre à Sophie, le miel est un émollient, il peut être remplacer par de la glycérine (voir l’article de Julien)
      Les laitages apportes des acides lactiques. Est-ce qu’un acide de fruit peut pour autant remplacer un acide lactique? Si la nature de la peau peut le supporter pourquoi pas…

      • Bonjour à tous,

        Je repense à la substitution du miel, en ouvrant mon placard ce matin j’ai vu mon sirop d’agave, à mon avis ça peut le faire 🙂
        Par contre pour ce qui est de remplacer l’acide lactique je suis toujours à me demander si l’acide de fruit peut vraiment être une solution..

        Bonne journée

      • Merci Prisca ! Ma plus fidèle fan !

    • Sirop d’agave ou de riz !

  5. Article très intéressant, surtout concernant cette brèche dans la loi, honteux! Et je suis contente d’apprendre que le logo Slow Cosmétique ne teste pas sur les animaux!

  6. Ah enfin une info claire sur la législation ! J’ai parcouru beaucoup de sites qui disaient de façon catégorique que les tests sur les animaux étaient à présent totalement interdits par la législation, tout en voyant sur d’autres sites ce soucis avec Reach. Ici il est possible de lire une synthèse et j’apprécie beaucoup 🙂
    Je voulais aussi vous remercier, j’ai lu le livre sur la Slow Cosmétique et je n’ai que des compliments à faire dessus. C’est facile à lire, instructif, ça remet un peu en place sur certaines idées reçues. Alors merci mille fois !