Adoptez les huiles végétales locales !

Voilà des années que moi et la Slow Cosmétique nous vous recommandons les huiles végétales au quotidien pour votre beauté. Argan Jojoba, nigelle, noyau d’abricot, bourrache… la liste est longue ! Beaucoup d’huiles viennent de loin (Afrique, Asie ou Amérique du Sud surtout)… Mais savez-vous que grâce à l’engouement pour les huiles cosmétiques, certaines filières se développent au plus près de chez nous ? Soutenons-les et découvrons des huiles plus typiques de nos terroirs !

Huiles Végétales, où êtes-vous ?

Avant la deuxième guerre mondiale, on cultivait toutes sorte d’oléagineux en Europe de l’ouest, et les productions d’huiles végétales étaient variées. Ainsi en Belgique et en France on produisait de la navette, du pavot, de la cameline, de la noisette, de la noix et de l’olive bien sûr, et puis du tournesol et du colza mais aussi des huiles plus typiquement cosmétiques comme de l’onagre et de la bourrache. Ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui…

beaucoup de colza quand même, non ?

Mauvaise nouvelle, l’agriculture intensive et les « progrès » techniques étant passés par là, aujourd’hui on ne produit que très peu de variétés d’huiles végétales vierges en France. L’Olive reste très présente (heureusement), mais c’est surtout le colza et le tournesol qui intéressent l’industrie. Heureusement, de petites productions reviennent petit à petit, mais c’est encore loin d’être significatif.

Pour ce qui est des huiles que nous utilisons en cosmétique naturelle, c’est fou mais beaucoup viennent d’Asie ou d’Amérique du Sud. Ainsi par exemple, l’huile d’onagre de certaines grandes marques bio vient le plus souvent de Chine ou d’Asie (pour les grandes marques de cosmétique en tout cas), la bourrache aussi parfois, et les huiles précieuses d’églantier, d’argousier ou de noyaux d’abricot d’Europe de l’est… C’est dingue non ?

J’ai donc décidé de vous présenter des huiles vierges de beauté qui sont produites près de chez nous et qui ont bien des atouts pour la Slow Cosmétique ! 

5 Huiles végétales locales ?

Je vous fais découvrir les huiles suivantes parce qu’elles sont moins connues que les belles huiles d’olive ou de noix françaises. Elles sont non seulement « nobles » car ancrées dans notre terroir et savoir-faire, mais aussi « efficace » en Slow Cosmétique.

huiles vegetales localesJ’en ai très peu parlé jusqu’ici et encore moins dans mes livres de recette, mais c’est justement parce que ces productions reprennent (youpie) grâce au succès de la Slow Cosmétique, et qu’on les redécouvre.

  • l’huile de mirabelle de Lorraine (cliquez) : elle est idéale pour la peau sèche ou mixte déshydratée, car son toucher est celui d’une huile sèche. Elle peut d’ailleurs remplacer votre jojoba par exemple (prix comparable, effets comparables). Elle est plus riche en omégas 6 et 9 d’ailleurs et sent délicieusement bon l’amande. En Slow Cosmétique, si on a la peau sèche ou mixte déshydratée, on en masse 3 gouttes matin et soir sur le visage propre. Le matin, on applique sa crème légère par dessus. Pour les cheveux abîmés, on peut ajouter 2 gouttes d’huile de mirabelle à une dose de shampoing sans sulfate.

    huile de lorraine
    La Lorraine nous étonne avec son huile de mirabelle et de cerise !
  • l’huile de chanvre bio de Belgique (cliquez) : elle est très économique et pourtant tellement bienfaisante ! Cette huile verdâtre apaise les rougeurs, mais convient aussi particulièrement à toutes les peaux sensibles et/ou légèrement matures. Elle contient en effet presque 20% d’omégas 3 ! Cela la rend plus fragile (conservez la 3 mois au frigo après ouverture), mais vous pouvez aussi la prendre par voie orale à raison d’une cuillère à café par jour en remplacement d’une autre graisse pour chouchouter votre cerveau 😉 Cette huile est parfaite pour la couperose, la peau réactive, la peau mature sèche : on masse 3 gouttes matin et soir sur le visage. Elle peut s’utiliser aussi en remplacement du noyaux d’abricot dans toutes mes recettes (contour des yeux, crèmes hydratantes maison).
  • l’huile de noyaux de cerise de Lorraine (cliquez) : c’est une de mes préférées ! Elle est vraiment très économique, moins chère que le jojoba ou le noyau d’abricot, et pourtant elle a les atouts d’une huile sèche tout terrain. On peut l’utiliser pour se démaquiller, mais aussi comme base pour l’huile de beauté du soir et du matin. Elle a un toucher sec et son odeur est neutre. Vous l’aimerez si vous avez la peau normale, mixte ou à tendance grasse sensible. Elle convient bien aux peaux matures car elle stimule la régénération cellulaire, ravive le teint et régule l’hydratation de la peau. Peaux de fumeur ou teints ternes, c’est pour vous aussi !
  • l’huile d’amandon de prune du Sud Ouest : elle nous vient de Gascogne ou du grand sud, et elle est délicieusement parfumée ! Son parfum ? Un compromis gourmand entre l’amande, le frangipanier et une brioche dorée. On adore ! Elle remplace l’amande douce car elle est très hydratante et assouplissante (omégas 9 et omégas 6 surtout + forte teneur en vitamine E). Mais elle est moins comédogène donc c’est tout bon pour les peaux mixtes ou grasses autant que pour les peaux sèches (si vous avez la peau très grasse, préférez quand même l’huile de mirabelle). Je l’ai trouvée habilement mélangée au chanvre dans une huile corps et visage Marisson (cliquez) mais aussi dans pas mal de produits de la marque Ibbeo notamment dans sa crème peau mixte Lin et Prune (cliquez) qui utilise beaucoup d’huiles locales du Sud Ouest.
  • huile de prune framboise
    Des tout petits pépins de framboise sont pressés, tout comme les amandons du noyau de pruneau

     

  • l’huile de pépins de framboise du Centre (cliquez) : je vous en ai déjà vanté les mérites car elle est une puissante antioxydante ! Elle convient bien aux peaux qui veulent lutter contre les rides ou les taches (préventivement), ou qui veulent se préparer au soleil. Si on fume ou qu’on est stressé, c’est aussi une bonne base pour une huile de beauté quotidienne. Attention elle ne sent pas la framboise hélas. Elle protège bien la peau sensible des rougeurs aussi.

Alors ? Laquelle de ces huiles magnifiques vous fait envie pour la salle de bain ? Les avez-vous testées ? Je vous rappelle que vous pouvez acheter toutes vos huiles en direct du producteur sur slow-cosmetique.com (cliquez).

Je termine en vous rappelant que mon livre « Les Huiles Végétales c’est Malin » paru chez LEDUC vous donne plus de 100 conseils pratiques et astuces avec les huiles végétales vierges, de la recette pour les bleus ou bosses à la recette pour une huile anti-chute de cheveux, en passant par les conseils alimentaires pour bien consommer les huiles vierges et bio 😉 .

CES ARTICLES DEVRAIENT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Comment l’huile hydrate la peau Saviez-vous que ce sont les huiles (végétales si possible) qui sont les seules aptes à "hydrater" la peau ? Faites donc attention aux huiles conten...
Recette : un sérum anti-âge pour 10 euros ! Pas envie de payer de 30 à 120 euros pour le dernier sérum L'Oréal, Chanel ou Dior bourré de silicones et d'ingrédients issus de la pétrochimie ? ...
De l’importance d’une bonne information sur le bio Une fois n'est pas coutume : un petit coup de gueule ! J'ai remarqué récemment que certaines marques continuaient à faire du greenwashing en présentan...
Étiquettes: , ,
 

17 Commentaires

  1. Nous sommes producteur d’huile d’onagre et de bourrache dans le Sud Ouest, Oléonagre…

  2. Je privilégie les huiles locales également, et il y a aussi le choix dans les DOM ! Je vis en Guadeloupe, et il y a plusieurs artisans qui fabriquent des huiles et des beurres, que du bonheur !

    • Celineffable

      Bonjour Tam, peut-tu nous dire quelles huiles et beurres sont produites en Guadeloupe?
      Merci. Et joyeux Noël 🙂

  3. Je suis au Québec et nous avons le bonheur d’avoir l’huile de caméline de la compagnie Olimega depuis quelques temps sur le marché. Une huile à redécouvrir.

    • Celineffable

      Ah oui la Caméline, très riche en Oméga 3 apparemment! On a plus qu’à chercher un bon producteur en France 🙂

  4. Je ne connaissais pas du tout c’est huiles , on en apprend tous les jours. Moi ici j’ai craquer pour la marque herbes et traditions je me suis prise ma rose d’argan pour mon soin de peau ma routine slow et mon millepertuis ca je vais l’utiliser pour la peau quand elle est endommagées abîmées, petite brûlure apparemment sa marche très bien.

  5. c’est bon d’avoir tout ses petits producteurs qui nous font aimer les bons produits. On a de la chance de les avoirs je les admires beaucoup pour la qualité de leur travail. je trouve que il y’en a beaucoup plus en France quand Belgique ou alors c’est que l’on en connais pas bcp…

  6. J’habite en Lorraine et je ne connaissais pas ces huiles … c’est génial, je vais pouvoir consommer local !
    Merci Julien !

  7. J’ai de la chance…. J’ai un artisan à côté de chez moi qui produits des huiles première pression à froid.
    Tout est bio et produit à partir de graines : Colza, navette, cameline, chanvre et d’autres dont j’ai oublié le nom.
    merci Julien pour ces conseils.

    • Celineffable

      Bonjour Mino, peux-tu nous indiquer quel est ce producteur? La Cameline m’intéresse beaucoup, par contre je ne connais pas l’huile de navette. Joyeux Noël!

  8. santekilibre

    Merci, très belle idée !! Petit bémol : pas de label bio et flacon plastique…Sans doute en cours d’étude 😉

  9. Merci Julien pour cette article. Je suis plutôt locavore et j’aimerais être slow local aussi pour les cosmétiques.

  10. Celineffable

    Merci Julien pour ce super article! Pour sûr je vais tester ces huiles bientôt!
    J’aimerais savoir d’ailleurs est-ce que l’on retrouve ces huiles là dans ton livre « Les Huiles Végétales c’est Malin »?
    Et aussi peut-on trouver quelque part leurs compositions exactes? Par composition je veux dire, quels acides gras et quels autres actifs et en quels proportions.
    Merci beaucoup.
    Et très bonnes fêtes.
    Bravo pour ce que vous faites!

    • La Framboise oui j’en parlais dans mon livre et la listait en détails. La mirabelle et la cerise non, ce sont des découvertes post 2013 pour moi (2013 est la date de mon ouvrage sur les huiles végétales).
      Pour les proportions d’acides gras, je te fais un condensé ici :
      – prune : plus de 70% d’omegas 9 et le reste en omegas 6 et saturés (très peu)
      – cerise : près de la moitié d’omégas 6 (mais pas beaucoup de bons gamma-linoléniques donc pas comme la bourrache par exemple), et près de la moitié d’omegas 9, le reste saturés et phytostérols antioxydant.
      – mirabelle : près de deux tiers d’omégas 9 et moins d’un tiers d’omégas 6
      La plus « complexe » et « précieuse » est donc l’huile de pépins de framboise avec ses omégas 3 en nombre.

  11. Bonjour,

    Quel bonheur de pouvoir commenter lol, je m’excuse mais ma question sera un peu h.s.
    Je vous ai découvert il y a quelques temps suite à des recherches pour la gym faciale et hop je tombe sur votre site super génial. Je vous découvre et hâte de découvrir vos livres, cependant j’aurai quelques petites questions avant de débuter svp.

    Est-ce que toutes les questions que vous traitez ici sur votre site on les retrouve aussi dans votre livre? Explications, très bien faites au demeurant, et recettes? Quel est l’un de vos livres que vous conseillerez pour débuter?

    Car il y a beaucoup de choses qui m’intéresse, mais les sujets datent et donc sont clos du coup je ne peux demander plus de précisions, c’est génial vous avez une fonction recherche donc on peut trouver pas mal de choses? des vidéos que j’ai pu voir concernant mon cas précis, mais ça ne me suffit pas.

    Concernant le type de peau, je suis complètement perdue car j’ai à l’origine un peu d’acné rosacée et couperose, pour moi c’est une peau sensible, que j’ai toujours hydratée avec une crème conseillée par ma dermato il y a plusieurs années, pas le choix. Mais qui n’a jamais été super efficace, mais je ne pensais pas qu’on pouvait hydrater sa peau avec des HV, j’ai essayé l’huile de nigelle, ma peau tiraille, j’ai des démangeaisons, et des rougeurs j’ai envie d’essayer de la « supporter » pour ses bienfaits.

    J’ai acheté deux crèmes bio, une à la rose musquée et l’autre à la bave d’escargot, qui vante leur effet pour la première traiter la couperose et la deuxième anti-rides, ma peau n’a pas supportée, je ne sais pas quoi penser lorsque la peau ne supporte ni une crème ni une HV? Faut-il un temps d’adaptation? Où faut-il en essayer plusieurs pour trouver celle qui conviendra? Ou peut être qu’il y a des peaux qui ne supporteront jamais aucune crèmes/huiles?

    Je veux vraiment me mettre à la slow cosmétique mais déjà même en ayant regardé votre vidéo sur quel type de peau, je n’arrive pas à définir exactement la mienne….

    Les HE me font un peu peur et surtout peur de mal les utiliser, en parlez-vous dans l’un de vos livres, sinon lequel?

    Il y a sur le site de slow cosmétique, beaucoup de produits, qui doivent tous être intéressant, mais pour moi « slow » rime avec peu de produits, je voudrai juste l’essentiel :), et je vous avoue être perdue avec toutes ses marques et produits.

    Mon objectif c’est de réduire et apaiser les rougeurs, un peu l’acné rosacée, hydrater ma peau, et surtout à 40 ans traiter les quelques rides qui commencent à arriver. En faites une routine simple avec peu de produit.

    Je me retrouve déjà avec ces deux crèmes citée ci-dessous, qui m’ont coûté chères, et au-delà du budget c’est surtout que je veux le moins de produits.

    Je vous remercie pour ces quelques éclaircissements que vous pourrez m’apporter.

    Et si vous me permettez, il y a des sujets qui datent de 2011/2012, serait-il possible de revenir dessus et voir si il y a des nouveautés entre temps, ça serait super.

    Pensez-vous par exemple, même si vous ne serait pas concerné, traiter de la coloration des cheveux et notamment les blancs? Car je constate que les colorations chimiques contiennent trop de substances qui affectent la peau. Où alors si vous pensez qu’il existe quand même des colorations chimiques les moins nocifs possibles?

    • Coucou Nanou, j’ai mis du temps à vous répondre, désolé votre commentaire n’était pas visible via l’outil que j’utilise. Alors, votre question en comprend plusieurs…

      Tout d’abord, pour votre type de peau (sensible/réactive – peu importe si plutôt sèche ou grasse car le caractère réactif l’emporte) qui en outre est sujette à l’acné rosacée, il est conseillé de suivre la routine décrite justement bien complètement ici : https://www.lessentieldejulien.com/2014/06/acne-rosacee-apaiser-au-naturel/ Elle fait appel à des soins simples et naturels, mais elle nécessite une crème de jour qui n’est pas décrite. On peut trouver une crème de jour très neutre et sans huiles essentielles, mais apaisante et protectrice à la fois, auprès des artisans de la Slow Cosmétique ici (je vous ai fait une sélection avec les filtres de tri) : crèmes pour peaux réactives. Sinon utilisez votre crème de jour bio actuelle (celle qui est la plus douce à vos yeux).

      Pour le livre qui permet de débuter en Slow Cosmétique, je vous conseille « Slow Cosmétique pour la Famille » (clic), sauf si vous n’avez aucun enfant dans votre entourage, alors « Adoptez la Slow Cosmétique ».

      Pour les cheveux blancs et gris à couvrir, vous avez un article très bien fait ici sur la coloration végétale (clic).